YVETTE GELENERR - LUCIEN LA MOVAIZ GRAINE

 

 

L’HISTOIRE D’YVETTE GELENERR

 

 

 

"Yvette GELENERR"  est  née en Avril 1946 à Poissy dans les Yvelines. Fille d’une des rares batteuses de l’époque, "Henriette GELENERR", officiant dans le fameux orchestre de bal musette de l’accordéoniste "Ernesto DELGUALITO", connu pour avoir enflammé la région avec ses Paso Doble endiablés. L’identité réelle du père d’Yvette restera un mystère, même si son attachement pour Ernesto témoignait d’une relation particulière pouvant laisser planer un doute. Il reste néanmoins certain que la petite Yvette l’aimait beaucoup. Elle pratiquera d’ailleurs, sous ses conseils avisés, le piano à bretelles dès son plus jeune âge. 

 

Après avoir fait ses classes dans le bal musette, elle traverse une période que l’on pourra qualifier de "rebelle". Yvette est alors "branchée", joue du rock’n roll, revêt un blouson noir, fréquente du mauvais garçon… On la connaitra "grande gueule", féministe, plusieurs clichés d’elle existent encore où on la voit juchée sans casque sur sa Motobécane® "bleue". Toujours avec son accordéon, elle s’essaiera au chant et notamment comme choriste dans des groupes peu fréquentables (mais ayant fait un tabac dans le milieu "underground" Parisien) comme "Les Baskets qui Schlinguent" ou encore "Les Rats Dégueux". A cette époque, Yvette enchaine les petits boulots, sort, fait la fête, rencontre des hommes, dont son premier amour. La fin apocalyptique de cette histoire marquera d’ailleurs un tournant dans sa vie. C’est alors qu’elle se consacre entièrement à son grand "kiffe", la musique. Elle arrive ainsi à l’aube des années 70 (Mai 68, Woodstock,…), elle participe aux grands événements de l’époque.

 

Et c’est au hasard d’un concert de reggae qu’elle rencontre "Stuff Mc Brayne",  bassiste jamaïcain du groupe "The Fayaburn Lion" de qui elle s’éprendra. Yvette part ainsi en Jamaïque, jeune mariée, elle visite les hauts lieux de ce nouveau genre musical (Montego Bay, Nine Miles et bien entendu Kingston). Elle rencontre les plus grands, elle est intégrée dans les groupes locaux surtout comme choriste et reconnue dans le milieu sous le pseudo "Mama" ou "Sista Ty Boun". Elle s’initiera aussi à la guitare. C’est à ce moment crucial qu’Yvette développe sa fibre reggae. 

 

Quinze années s’écoulent ainsi. Elle parcourt le monde en jouant dans les groupes de Stuff, mais ce dernier succombe d’un cancer, en quelques mois. Yvette est dévastée. Elle retourne en France où elle s’installe dans le Couserans (à l’est du sud-ouest ndlr), le chagrin au cœur. Cependant, Yvette est une battante et son amour de la vie, bien entendu, reprend le dessus. Elle se débrouille comme toujours pour joindre les deux bouts et se lance de nouveaux défis: caissière, professeur d’accordéon, serveuse, maraîchère,…

 

Et c’est à l’aube du 21ème siècle que le chemin d’Yvette croise par hasard celui du jeune "Lucien la Movaiz Graine" qui démarre son chantier de chanteur. Yvette se remémore ses années folles, encourage Lucien dans sa lancée, lui fait part de ses combines du showbiz.

Et c’est après quelques années d’une belle amitié qu’il lui propose avec son "band" de remonter sur scène lors de ses concerts. L’accueil du public est tel que l’idée d’emmener "Yvette GELENERR" en studio prend forme, son rêve secret se réalise, enregistrer ses plus grands tubes !

 * LES PHOTOS D'YVETTE EN STUDIO *

1/4

* LES PHOTOS D'YVETTE DANS TOUS SES ETATS *

1/3

Yvette GéléneRR - épisode 1

Yvette GéléneRR - épisode 2

Yvette GéléneRR - épisode 3

© 2020 lucienlamovaizgraine / contact@lucienlamovaizgraine.com                                                                                                                                                                                                                       CONTACT

  • Noir Icône YouTube
  • Noir Facebook Icône
  • Noir Icône Instagram
  • Noir Bandcamp Icône
  • Noir Icône Deezer
  • Spotify noir Icône